Inscrivez-vous !
Charnelle Attitude <-- Cliquez vite pour profiter pleinement du site (c'est gratuit) !
L'inscription permet l'accès aux photos rondes, aux annonces d'hommes, femmes rondes et couples libertins, au tchat, à la messagerie de rencontre gratuite

En entrant elle avait trouvé sur le lit une paire de menottes, un foulard avec un petit mot.
Ses instructions étaient de ceindre le foulard sur ses yeux et de s’attacher les poignets.
Les yeux bandés et les bras liés devant elle, elle attend debout au centre de la pièce.

Il entre, fixe une chaine aux menottes, lui fait lever les bras et l’accroche à un crochet.
Elle n’avait pas remarque ce crochet, mais la voilà maintenant suspendue au plafond.
Ses pieds effleurent à peine le plancher, et sa liberté de mouvement est très limitée.

Aucune parole ne s’échange, elle avait ordre de ne pas lui adresser la parole.
Elle entend un bruissement de vêtements et comprend qu’il se déshabille.
Puis elle le sent approcher d’elle et il commence à lui caresser le corps.

Elle ne peut ni voir ni toucher l’homme nu, elle qui est toujours vêtue.
Il palpe ses rondeurs à travers le tissu, la sensation est très étrange.
Une troublante frustration s’empare d’elle, que veut-t-il lui faire.

Il virevolte autour d’elle, elle cherche à le suivre en tournant sur elle-même.
Ses mains se posent sur sa poitrine, ses fesses, ses hanches, son bas-ventre.
Il est devant elle, il est derrière elle, elle a toujours un moment de retard.

Ne serait-elle qu’un objet à la merci de cet homme dont elle ignore les intentions
Il se contente de manipuler son corps et de jouer à la toucher sans la dénuder.
Elle est prise de tournis, l’inquiétude la gagne peu à peu, il ne lui dit rien.

Soudain ce ballet affolant finit par s’arrêter, il vient de se coller juste derrière elle.
Elle sent son souffle chaud dans son cou, avec un parfum de tabac et de sueur.
Et ses mains s’agrippent sur son corsage, va-t-il enfin lui ôter ses vêtements.

Un craquement, il arrache les boutons du corsage et le fait glisser sur ses épaules.
La poitrine gonflée par le désir est encore comprimée dans le soutien-gorge.
Puis deux mains se faufilent sous les bonnets pour lui malaxer les seins.

Avec douceur il effleure de ses lèvres caressantes la peau dénudée de son dos.
Alors que ses doigts triturent délicatement les tétons qui durcissent.
Elle savoure ce curieux mélange de douleur contenue et de tendresse.

Il détache les agrafes en libérant sa poitrine, jette le soutien-gorge et le corsage
Le haut de son corps est à lui, il pétrit ces chairs et ces rondeurs dénudées.
Tout en pinçant et mordillant les pointes de ces seins lourds et généreux.

Brusquement il descend jusqu’aux genoux son pantalon et sa petite culotte humide.
Découvrant un fessier somptueux et un bas-ventre joufflu très légèrement velu.
Il se presse sur son côté et elle sent l’érection de son membre sur sa cuisse.

Une main se glisse entre ses fesses, l’autre s’aventure vers la fente déjà inondée.
Elle entend ses halètements alors qu’il se frotte sur elle et la fouille sans gêne.
Il se branle contre sa peau tout en explorant l’intimité découverte de sa proie.

Puis il s’agenouille enfin pour terminer de lui retirer cette culotte et ce pantalon
Aucune entrave ne peut l’empêcher de profiter à sa guise de ce corps suspendu
Et elle se devine devenue la convoitise docile de ses impudiques envies

Des mains il lui écarte les fesses en ouvrant sa raie qu’il lèche de haut en bas
Il se glisse en dessous d’elle, lape cette mouille qui s’écoule de son ventre
Repasse par devant, plonge la bouche entre ses cuisses, suce son clitoris

Sa bouche, sa langue, ses mains, ses doigts sans qu’elle ne puisse rien voir
Lui offrent un très jouissif moment car elle s’abandonne avec plaisir
Usant et abusant d’elle, léchée, sucée, doigtée, fouillée, possédée

Il s’éloigne et revient avec deux chaises sur lesquels il lui fait installer les pieds
Les bras au plafond, les pieds sur ces reposoirs, elle est accroupie et suspendue
La voilà, son bas-ventre et son cul hissés ainsi bien au-dessus du plancher

Mais juste à la bonne hauteur pour qu’il puisse l’enfiler par devant et par derrière
Elle sent le gland qu’il promène le long de sa fente, sur l’ouverture de son ventre
Elle devine le membre bandé et l’imagine s’enfoncer en elle profondément

Mais il ne fait que la taquiner et la titiller sans s’engager en elle, quel tourment
Il la regarde, voyeur de cette attente insupportable, mate ce corps désirable
Nue, dans une position si indécente, elle l’excite et il fait durer le plaisir

Elle frissonne, gémit, supplie, implore, "baise-moi, prend-moi, enfile-moi"
"Je veux te sentir, je veux sentir ta queue en moi, te sentir te vider"
Combien de temps encore avant qu’il la prenne et éjacule son foutre ?
Merci de retaper ce code :
Reload Image
Retapez le code de vérification