Inscrivez-vous !
Charnelle Attitude <-- Cliquez vite pour profiter pleinement du site (c'est gratuit) !
L'inscription permet l'accès aux photos rondes, aux annonces d'hommes, femmes rondes et couples libertins, au tchat, à la messagerie de rencontre gratuite

Librairie

C’est la première fois que nous entrons dans un club, mais il le fallait pour réaliser ce fantasme et nous nous dirigeons dans une pièce qui en permettra la réalisation.
Je te dénude entièrement, et docile tu te laisses faire quand j’attache tes poignets à des crochets situés au plafond, puis les chevilles à des anneaux fixés au sol.
Les mains et les pieds bien écartés, tu te retrouves debout, les membres en croix, et j’hésite encore à te bander les yeux.
Aveuglée tu pourrais laisser libre court à ton imagination et tes sensations seraient sans doute plus accrues, libre de regarder, le spectacle pourrait également attiser ton excitation.
J’opte pour le bandeau, il sera toujours temps de le retirer.
Je fais entrer quelques personnes dans la pièce, tu entends le bruissement des vêtements qui se retirent, tu ne vois rien, juste tu perçois quelques halètements et gémissements qui semblent provenir d’hommes et de femmes se déshabillant en regardant la proie que je vais leur livrer bientôt.
Tu l’ignores encore, mais je les menotte tous et toutes, mains dans le dos pour les empêcher de te toucher, et les place tout autour de la pièce.
Je peux vérifier, en glissant ma main entre tes cuisses, que tu es excitée d’être nue en présence de ces hommes et de ces femmes, et même si tu ressens une petite appréhension de ne pas savoir ce qui va se passer, tu mouilles déjà beaucoup à l’envie de ce que je t’ai concocté.
J’enfile mes doigts dans ton calice, recueille un peu de ce miel odorant pour te le faire goûter.
Puis tu entends un pshittttt, tu frissonnes en sentant un produit se répandre sur ta peau.
Je suis en train de t’enduire de chantilly en bombe, tout ton corps en est recouvert, et je n’ai pas oublié la raie de tes fesses, ton bas-ventre jusqu’à l’intérieur de ta fente.
Seul ton visage est épargné
Alors tu m’entends ordonner à l’assistance qu’il faut entièrement te débarrasser de cette chantilly, et que seul l’usage des langues est autorisé.
Combien sont-ils, combien sont-elles qui se précipitent sur toi pour te lécher et te sucer.
A qui appartient cette langue sur tes épaules, et cette autre bouche qui gobe tes tétons, est-ce un homme ou une femme qui te lèche entre les fesses, une femme ou un homme qui te nettoie la fente ?
Ils se bousculent, maladroitement parfois en raison des liens qui immobilisent leurs mains dans leurs dos, lapant la chantilly le long de tes cuisses, sur tes fesses, sur ton ventre, léchant ton minou, titillant ton petit trou.
Quel tourment de ne pas pouvoir regarder ce spectacle, alors je défais le bandeau.
En baissant les yeux tu vois ces hommes et ces femmes, nus s’empressant sur ton corps, tournoyant autour de toi, de glissant entre tes jambes, se penchant pour débarbouiller ta poitrine, tu sens une langue qui se faufile entre tes fesses, une autre qui s’enfile dans ta moiteur.
Je te regarde, léchée, sucée par ces hommes et ces femmes qui savourent autant la chantilly que ta peau, dégustent ton miel, se repaissent de ton intimité, je te regarde, tes yeux chavirent de plaisir, tu gémis, te cambres, avances ton bassin vers une bouche gourmande, tends ton fessier à l’indécence d’une autre.
Tu es amusée de les voir se pousser pour se voler un peu de chantilly, un peu de ta mouille, un peu de ta peau, leurs visages souillés de chantilly
Tu es excitée de sentir les langues se faufiler, s’enfiler, se glisser partout en toi, les bouches courir sur tes chairs, les dents qui parfois te mordillent, les corps dénudés de ces hommes et de ces femmes qui se chahutent, s’agitent, s’étourdissent autour de toi.
Tu es nue, enduite de salive mais enfin débarrassée de cette chantilly.
Je fais reculer ces hommes et ces femmes qui se sont tellement excités à te lécher et te sucer, les hommes sont en érection, les femmes sont trempées de désir.
Je suis en érection, tu es trempée de désir, j’ai envie de toi, tu as envie de moi.
Et en face de toi, tu les vois, attachés dans le dos, se coller, se frotter, se branler les uns sur les autres, se faire des fellations, tenter des introductions, se sucer, se lécher, se prendre dans un mélange de foutre et de mouille, de salve et de chantilly.
Ce spectacle affole tes sens, tu me supplies d’enfoncer mon sexe dans ton ventre.
Tous les regards sont tournés vers toi, fixant ta chatte inondée dans laquelle mon sexe pénètre et coulisse, ils sont tous là, elles sont toutes là, figés à mater le pieu qui va et vient en toi, mes mains qui malaxent tes seins, tes cuisses bien ouvertes pour que je puisse enfouir ce membre au plus profond de ton ventre.
Ils attendent.
Ils attendent que je t’éjacule !!!
Ils attendent
Ils entendent
Ton feulement langoureux quand tu es envahie et dévastée par une intense chaleur.
Je te détache
T’allonge
T’enlace
Tu te dégages
Me mets sur le dos
Attaches mes chevilles aux poignets
«moi aussi j’aime la chantilly»
Tu m’en asperges le sexe et ma raie
nonofou
que de belle inspiration felicitation
  • 08/01/2018
  • ·
  • J'aime
  • ·
DoucePatou
Juste de l'imagination !!!!!!!
  • 08/01/2018
  • ·
  • J'aime
  • ·
david21
waouhhh super !
  • 15/01/2018
  • ·
  • J'aime
  • ·
Merci de retaper ce code :
Reload Image
Retapez le code de vérification