Inscrivez-vous !
Charnelle Attitude <-- Cliquez vite pour profiter pleinement du site (c'est gratuit) !
L'inscription permet l'accès aux photos rondes, aux annonces d'hommes, femmes rondes et couples libertins, au tchat, à la messagerie de rencontre gratuite

J'ai longtemps réfléchi avant d'écrire ce sujet sur le forum mais étant plutôt à l'aise sur le sujet de l'handicap et étant débutant en terme de libertinage. J'ai quelques questions qui me taraudent.

A un moment, je vais devoir participer à des soirées libertines si je veux être dans l'esprit du site et tout simplement franchir le pas. Du coup quand une personne se pointe à une soirée mais qu'elle est handicapée (en fauteuil, hémiplégique, problèmes d'élocution, cécité), comment ça se passe ? est-ce que le cas est déjà survenu, fréquemment, rarement ?

Du coup, j'imagine que la sélection naturelle fait qu'une femme va plus aisément vers un membre de la soirée qui a l'air plus "en forme" et plus "endurant", ou que je me trompe ?

Veuillez éclairez ma lanterne si vous voulez bien, je suis ouvert à toutes réponses même les plus cash. Smile

Sachez que je suis personnellement légèrement hémiplégique avec une difficulté d'élocution suite à un genre d'avc dans mon enfance. Voilà Voilà.
Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison
Thèmes: libertinage, handicap
Bon, effectivement, sujet délicat et intéressant à la fois.
Il me faut plus de temps et de réflexion pour y répondre.
Personnellement, j'y ai déjà songé et ce sujet flirte avec la perception que j'ai de moi, de mes limites, de mon ouverture d'esprit, ...ou pas !
Mais je voulais déjà ouvrir les hostilités, (ou pas !) et te dire que je te trouve courageux d'être là et d'être aussi transparent et franc.
Attention, pas du courage "gnagnagna" condescendant hein, non, du courage comme je me trouve courageuse aussi d'être ici et d'aller en club.
Dernière modification le 03/01/2019 01:29 par fatbottomedgirl.
   aime(nt) ça.
Ça fait extrêmement plaisir de lire ce poste car je commençais à me poser cette question, la vision de l'handicap dans les clubs en général, j'ai craqué il y a quelques temps sur une personne en situation de handicap (surdité profonde) et qui aimerait aller en club et qui a pleins d'interrogation et d'inquiétudes à ce sujet...
Vivement une sexualité open source...
...Il y a des conversations intéressantes à suivre en club ?....
Merci à tous pour vos réponses. Du coup oui, il y a plusieurs choses qui rentrent en jeu et c'est assez délicat d'en faire une liste exhaustive mais je pense que :

- comme dans la vie de tous les jours, il y aura un pourcentage de personnes qui saura comprendre et accepter mentalement une personne handicapée et un autre pourcentage de personnes qui ne pourra pas, malgré eux. Et une majeur partie a qui ça ne fera ni chaud ni froid :D

- Il y a également la préparation qui y joue beaucoup. C'est pourquoi en parler en prime abord je trouve ça important et c'est donc pour ça que je suis aussi transparent.

- La personne concernée par le handicap ou la différence doit également être à l'aise le maximum qu'il soit possible pour ne pas se retrouver bloquer une fois dans un club et pour ne pas rendre le malaise encore plus palpable.

- Si la personne a une difficulté à surmonter, on pourrait organiser une pré-rencontre avec une personne ou deux, habituée aux club et présente lors de la dite-soirée, qui seraient prête à le faire avant la soirée, comme ça la personne handicapé connaitra quelques personnes avant de se jeter à la gueule du loup.

Bon voilà, je sais pas ce que vous en dites mais je pense qu'on touche le point central. Smile
Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison
Oui c'est mieux d'organiser une pré rencontre avant de se lancer dans le grand bain des clubs, ainsi tu pourras lié des affinités et profiter de ce qu'offre un club libertin en toute confiance...
Où mieux organiser une vraie soirée libertine en privée avec des personnes que tu apprécies...
J'aime beaucoup les soirées privées personnellement Smile
Fraisedesbois a dit...

Oui c'est mieux d'organiser une pré rencontre avant de se lancer dans le grand bain des clubs, ainsi tu pourras lié des affinités et profiter de ce qu'offre un club libertin en toute confiance...
Où mieux organiser une vraie soirée libertine en privée avec des personnes que tu apprécies...
J'aime beaucoup les soirées privées personnellement Smile


C'est ce que je pensais faire oui en premier. Grin Je vais voir ça en fonction de mes récentes affinités et des événements qui seront proposés. En tout cas, je suis chaud pour me mettre dans le bain Smile
Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison
Merci pour votre franchise vous posez là de bonnes questions. Le sujet touche à pas mal de points sensibles et pour être confronté à ces questions, je me permets de réagir.
D'abord, comme l'a rappelé Fatbottumgirl, l'obésité est considérée comme un handicap et en tous cas facteur de discrimination. La question de la sexualité et du handicap est souvent niée (comme souvent en France, ce qui gêne on le cache sous le tapis). Dans certains pays, les assistants sexuels sont reconnus et soutenus, ici, que dalle, on va nier le droit à la sexualité aux handicapés (alors qu'on fait de grands discours sur l'accessibilité universelle etc.)
S'agissant des espaces libertins, où la liberté est sensée régner (en fait c'est surtout la liberté du commerce), il conviendra de choisir un lieu où l'équipe est sympa (si, si, cela existe : Strip, Hyppocampe) et venir accompagné, c'est plus "rassurant". L'idéal serait de s'immiscer dans un petit groupe d'amis "Charnelliens", c'est tout à fait envisageable... Pour entrer dans un Club libertin pour la première fois, il vaut mieux d'être guidé, "initié" en quelque sorte, mais cela n'a rien d'impossible pour une personne handicapée physique, cela devrait même être remboursé par la sécu...
Par ailleurs, dans le milieu libertin, outre le fait qu'en principe, la bienveillance est de mise, on a une attention particulière pour l'anormalité (sexe démesuré ou micro-pénis, nains ou géants...), une personne en fauteuil avec un fouet ou une femme se faisant fister par un moignon, ne choquera nullement à une soirée Démonia. J'ai des amis qui pratiquent le Shibari, et les sensations particulières des cordes s'adaptent parfaitement aux corps blessés, difformes ou diminués. Ce dernier terme est violent et employé à dessein, car si, se sentir diminué est la réalité quotidienne pour les personnes atteintes de handicap, dans une sexualité épanouie on est tous égaux dans un plaisir partagé.
Edgar a dit...

Merci pour votre franchise vous posez là de bonnes questions. Le sujet touche à pas mal de points sensibles et pour être confronté à ces questions, je me permets de réagir.
D'abord, comme l'a rappelé Fatbottumgirl, l'obésité est considérée comme un handicap et en tous cas facteur de discrimination. La question de la sexualité et du handicap est souvent niée (comme souvent en France, ce qui gêne on le cache sous le tapis). Dans certains pays, les assistants sexuels sont reconnus et soutenus, ici, que dalle, on va nier le droit à la sexualité aux handicapés (alors qu'on fait de grands discours sur l'accessibilité universelle etc.)
S'agissant des espaces libertins, où la liberté est sensée régner (en fait c'est surtout la liberté du commerce), il conviendra de choisir un lieu où l'équipe est sympa (si, si, cela existe : Strip, Hyppocampe) et venir accompagné, c'est plus "rassurant". L'idéal serait de s'immiscer dans un petit groupe d'amis "Charnelliens", c'est tout à fait envisageable... Pour entrer dans un Club libertin pour la première fois, il vaut mieux d'être guidé, "initié" en quelque sorte, mais cela n'a rien d'impossible pour une personne handicapée physique, cela devrait même être remboursé par la sécu...
Par ailleurs, dans le milieu libertin, outre le fait qu'en principe, la bienveillance est de mise, on a une attention particulière pour l'anormalité (sexe démesuré ou micro-pénis, nains ou géants...), une personne en fauteuil avec un fouet ou une femme se faisant fister par un moignon, ne choquera nullement à une soirée Démonia. J'ai des amis qui pratiquent le Shibari, et les sensations particulières des cordes s'adaptent parfaitement aux corps blessés, difformes ou diminués. Ce dernier terme est violent et employé à dessein, car si, se sentir diminué est la réalité quotidienne pour les personnes atteintes de handicap, dans une sexualité épanouie on est tous égaux dans un plaisir partagé.


Merci beaucoup pour votre réaction, Edgar. C'était un témoignage assez éclairé et très intéressant. Je n'ai rien d'autres à rajouter si ce n'est qu'effectivement je pense commencer par un groupe "charnellien" d'amis/connaissances pour m'initier au monde du libertinage.
Pour ce qui est de l'obésité, oui c'est un facteur de discrimination mais heureusement qu'il y a des hommes/femmes qui savent apprécier ce genre de corps et plus généralement apprécier certaines différences et en faire des atouts.
Dernière modification le 03/01/2019 13:09 par Gamusa.
Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison
handicap et libertinage : compatible dans l'absolu ....

Dans la pratique, ça risque d'être plus complexe.

je ne suis pas sûre que l'accessibilité de tous les clubs pour les personnes en fauteuil soit effective. je n'ai pas fréquenté souvent mais j'ai le souvenir d'escaliers, pas d'ascenseur, des entrées dans les jacuzzis sans accès facile...

Ensuite, les critères physiques sont importants alors dés que l'on n'est pas trop dans la norme (handicapés, surpoids) ou quand on commence à prendre de l'âge, c'est moins facile.

je te souhaite de belles rencontres ! et merci d'ouvrir nos consciences !
Toutes les heures sont GMT +1. Il est 17:09.